fbpx  

Formation professionnelle Ingénieur du son professionnel

Résumé du référentiel « ingénieur du son professionnel » :

Objectifs et contexte de la formation :

L’ingénieur du son, est un professionnel qui a pour mission de réaliser une captation sonore dans différents environnements dans le but d’enregistrer sur différents supports, d’effectuer l’étape de mixage ainsi que l’étape de mastering dans la post-production d’une œuvre audiovisuelle ou scénique.

Il s’occupe ainsi de la prise de sons et de la post-production de supports audio provenant des industries et des lieux tels que :

  • Un théâtre
  • Une salle de spectacle / concert (live)
  • Studio d’enregistrement / répétition
  • Un plateau de télévision
  • Radio
  • Une salle de cinéma

L’ingénieur du son prend en charge le choix, l’installation, l’exploitation et la maintenance du matériel utilisé pour une séance de captation et/ou d’enregistrement, ainsi que pour une séance de post-production.

Il doit être capable de réaliser tout type d’installation, effectuer la captation sonore selon les besoins d’une production, ainsi que de réaliser tout type de traitement sonore dans la chaîne de post-production. Il doit choisir et installer le matériel et procéder à différents tests afin de le paramétrer et diagnostiquer d’éventuelles pannes. Il s’assure que tous les équipements soient opérationnels et que la qualité sonore soit optimale, tant d’un point de vue technique qu’artistique. Ainsi, il contribue à produire des émotions à un public.

C’est un professionnel qui connaît les règles physiques du son, le matériel de sonorisation, de reportage ou de studio. Il possède également une réelle sensibilité artistique, une bonne culture musicale et une grande ouverture d’esprit. Il sait travailler avec les techniques numériques actuelles, ainsi que les techniques analogiques. L’ingénieur du son évolue en étroite collaboration avec les membres d’une équipe : musiciens, arrangeurs, directeurs artistique, metteur en scène, réalisateur, cadreur, artistes, …

Activités visées :

L’ingénieur du son participe à la réalisation d’une captation destinée à un public, et à la réalisation d’un produit sonore destiné à un support de diffusion, à l’aide de différents types d’outils nécessaires au bon déroulement d’un spectacle ou d’une séance d’enregistrement et de post-production.

Il assure :

  • La préparation et la mise en œuvre du matériel nécessaire, adapté au cahier des charges, aux types de lieux et aux contraintes rencontrées.
  • L’installation et le réglage des équipements : microphones, console, système d’écoute, matériel de traitement du signal, logiciel… tout en gérant le placement et les relations avec les musiciens ou les intervenants.
  • Le réglage et le placement des instruments et des artistes.
  • La post-production, réalisée selon les besoins d’une production.
  • Le choix et l’utilisation des éléments de sa chaîne de traitement.
  • L’optimisation de la qualité de la production selon les normes en vigueur.

L’ingénieur du son doit savoir accueillir les intervenants d’un projet et en prendre connaissance.

Il doit être capable de :

  • Utiliser l’écoute active avec ses interlocuteurs, pratiquer les techniques de questionnement pour comprendre les indications et subtilités du cahier des charges, analyser les besoins du projet et reformuler.
  • Prendre en compte les fiches techniques ou le cahier des charges d’une production.
  • S’adapter à son interlocuteur en fonction de sa culture, sa demande, ses besoins.

Selon les propriétés acoustiques d’un lieu, et le sujet sonore à sonoriser, il doit mettre en place et gérer un dispositif de prise de son adapté et trouver les solutions permettant d’en corriger les défauts, tout en vérifiant la qualité du son d’un point de vue technique et artistique.

  • Identifier les spécificités de la « fiche d’identité acoustique » de l’environnement de travail.
  • Analyser avec les outils appropriés l’espace acoustique et le système d’écoute.
  • Choisir le bon type de micros et la technique de captation appropriée au résultat souhaité.
  • Installer et régler les systèmes de diffusion enceintes, amplificateurs, consoles son.

Il assure également :

  • La gestion du son afin de débarrasser le champ sonore de tous les bruits qui peuvent le parasiter ou bien afin de reproduire des musiques et des bruitages avec le plus de qualité et de réalisme possible.
  • Le mixage et le mastering, réalisé selon les besoins d’une production.
  • Le choix et l’utilisation des éléments de sa chaine de traitement.
  • L’optimisation de la qualité de la production selon les normes en vigueur.

L’ingénieur du son intervient généralement au sein d’une équipe aux corps de métiers très différents. Ses domaines d’activité peuvent être les médias, la création audiovisuelle, la musique et le spectacle vivant. Il peut aussi exercer ses activités pour des conférences, des meetings…

L’ingénieur du son doit suivre les évolutions techniques et s’adapter à celles-ci afin de toujours être en mesure d’utiliser le matériel le plus adapté au regard des missions qu’il doit effectuer. S’il doit maîtriser des compétences techniques, la maîtrise d’une dimension acoustique ou artistique représente une valeur ajoutée importante dans certains secteurs de réalisation, tel le domaine musical. Il peut exercer son métier dans différents secteurs d’activités : la production musicale, la sonorisation d’évènements, la diffusion audiovisuelle (radio ou télévision, supports discographiques, broadcast), la scène, le cinéma, les jeux vidéo et internet.

Compétences attestées :

L’ingénieur du son doit accueillir les intervenants d’un projet et en prendre connaissance, il doit être capable de :

  • Utiliser l’écoute active avec ses interlocuteurs, pratiquer les techniques de questionnement pour comprendre les indications et subtilités du cahier des charges, analyser les besoins du projet et reformuler.
  • Prendre en compte les fiches techniques ou le cahier des charges d’une production.
  • S’adapter à son interlocuteur en fonction de sa culture, sa demande, ses besoins.

Selon les propriétés acoustiques d’un lieu et le besoin de la production, mettre en place et gérer un dispositif de prise de son adapté et trouver les solutions permettant d’en corriger les défauts.

  • Identifier les spécificités de la « fiche d’identité acoustique » de l’environnement de travail.
  • Analyser avec les outils appropriés l’espace acoustique et le système d’écoute.
  • Installer et régler les systèmes de diffusion enceintes, amplificateurs, consoles son.

Dans le cadre d’un enregistrement en studio, l’ingénieur du son doit réaliser la prise de son en vérifiant la qualité de la source d’un point de vue technique et artistique.

  • En anticipant les différentes écoutes et en s’assurant de la qualité finale, effectuer les mises à plat des différents sons à produire en trouvant le meilleur compromis entre intention artistique et capacités techniques.
  • À partir de l’identification des signaux à garder ou à remplacer, repositionner des sons sélectionnés en tenant compte du cahier des charges ou des indications données.
  • En respectant le cahier des charges donné, effectuer la captation d’une œuvre musicale en harmonisant la qualité de l’ensemble des signaux.

Dans le cadre d’une séance de mixage, l’ingénieur du son doit réaliser le mixage des différentes sources en vérifiant la qualité globale d’un point de vue technique et artistique.

  • Repérer les différents sons et langages musicaux afin de faire des choix artistiques et y adapter les systèmes de diffusion.
  • Préparer tous les éléments et matériels nécessaires au bon fonctionnement de la régie son.
  • Signaler les manques et défauts éventuels.
  • Conditionner et étiqueter les éléments préparés.
  • Connaître et savoir utiliser les différents traitements utilisés.
  • Être capable de faire les bons choix en fonction de la diffusion.
  • Savoir utiliser et interpréter des outils de mesure.
  • Choisir le support d’enregistrement le plus adapté : analogique et / ou numérique.
  • Ecouter de manière critique la finalité de la séance d’enregistrement.
  • Identifier les éventuels problèmes techniques ou artistiques dans le respect du cahier des charges imposés par la production.
  • À partir de l’identification des signaux à garder ou à replacer, repositionner des sons sélectionnés en tenant compte du cahier des charges ou des indications données.
  • Réaliser le montage du morceau à partir des différentes prises choisies et recaler les instruments sur le tempo défini. Créer et ajouter des éléments de musique assistée par ordinateur.
  • Procéder au mixage avec une console analogique ou numérique en veillant à respecter les enjeux et les partis-pris artistiques des musiciens.
  • Effectuer le pré-mastering d’un album en tenant compte des normes.

Dans le cadre d’une séance de mastering, l’ingénieur du son doit réaliser le mastering en vérifiant la qualité globale d’un point de vue technique et artistique en respectant les normes de diffusion en vigueur.

  • Repérer les différents sons et langages musicaux afin de faire des choix artistiques et y adapter les systèmes de diffusion.
  • Préparer tous les éléments et matériels nécessaires au bon fonctionnement de la régie son et en assurer le bon fonctionnement.
  • Signaler les manques et défauts éventuels.
  • Conditionner et étiqueter les éléments préparés.
  • Connaître et savoir utiliser les différents traitements utilisés et les normes dans le mastering.
  • Être capable de faire les bons choix en fonction du mixage et de la diffusion
  • Savoir utiliser et interpréter des outils de visualisation
  • Identifier les éventuels problèmes techniques ou artistiques dans le respect du cahier des charges imposé par la production.
  • Masteriser une oeuvre en respectant les normes de diffusion en vigueur.

Modalités d’évaluation :

La participation active et l’expérimentation des participants est privilégiée.

Exercices pratiques, outils d’analyse.

Apports méthodologiques illustrés d’exemple puis application en situation.

Auto-évaluation écrite suivie d’une mise en situation professionnelle de 60 minutes.

Mise en situation réelle d’une séance d’enregistrement ou d’un lieu à sonoriser ainsi que mise en situation réelle d’une séance de post-production :

  • Accueil et mise en place d’intervenants dans une structure adaptée.
  • Présentation à l’oral d’un cahier des charges d’une production et analyse.
  • Description des moyens à mettre en œuvre.
  • Organisation et mise en place du matériel et des intervenants.
  • Réaliser une prise de son professionnelle et son enregistrement en respectant un cahier des charges donné.
  • Réalisation d’un mixage d’un titre selon plusieurs contraintes.
  • Réalisation d’un mastering d’un titre selon plusieurs contraintes.

Mise à disposition d’un équipement de sonorisation de base, ainsi qu’une station d’enregistrement analogique et audio numérique.

Un poste de travail comprenant un ordinateur, une console de mixage, des périphériques externes et un système d’écoute est fourni pour l’évaluation.

Le comportement, les méthodes d’organisation et l’approche utilisés par le candidat doivent être adaptés au projet.

Le candidat utilise une communication construite et un vocabulaire professionnel.

Les méthodes d’organisation, le choix et la mise en œuvre des outils doivent être réfléchis.

Les outils choisis sont adéquats et leur utilisation appropriée.

Lors de la mise en situation, le matériel est mis en place en respectant les normes et s’assure que l’étalonnage des machines est correct.

L’approche utilisée par le candidat doit respecter l’énoncé du projet. Il doit pouvoir commenter ses intentions artistiques et les traduire d’un point de vue technique.

Description des modalités d’acquisition de la certification par capitalisation des blocs de compétences et/ou par équivalence

Il peut s’agir d’une validation totale de la certification, d’une validation partielle (validation d’un ou plusieurs blocs de compétences, valable à vie) ou d’un refus de validation.
Dans le cas d’une validation partielle, les compétences validées sont acquises à vie.

Secteurs d’activités

  • Entreprises de création et diffusion musicale
  • Prestataires de sonorisation divers
  • Studios d’enregistrement, radio, TV Discothèques, clubs de vacances, organisation de spectacles vivants et animation musicale
  • Entreprises de produits culturels et matériel de musique Compositeur(trice)/producteur(trice) de musiques et bandes sonores par MAO
  • Prestataire de sonorisation diverse Fabricants et distributeurs de matériel de musique.
  • Animateur(trice)/auteur(e)/artiste/programmateur(trice) musical(e)

Type d’emplois accessibles

  • Selon les fonctions, l’appellation du métier peut être différente :
  • Preneur(euse) de son
  • Assistant(e) son
  • Opérateur(trice) de prise de son ou perchiste
  • Technicien(ne) son
  • Installateur(trice) exploitant événementiel
  • Assistant(e)-régisseur d’événement
  • Agent technique de spectacle
  • Technicien(ne) plateau
  • Technicien(ne) de studio
  • Sonorisateur(trice) de spectacle de musiques actuelles
  • Mixeur
  • Monteur son

Références juridiques des règlementations d’activité

Il n’y a pas d’habilitation obligatoire pour exercer le métier d’ingénieur du son, mais seuls des personnels habilités peuvent intervenir sur une installation électrique. Ces habilitations étant délivrées par les employeurs, il est important que les titulaires de cette certification soient aptes à définir le bon fonctionnement d’une installation basse tension, qu’elle soit permanente ou éphémère et disposent de connaissances élémentaires en électricité et connaissent les risques électriques en conformité avec les prescriptions de la publication UTE C18-510 et la norme NF 15-100. Il est souhaitable que l’ingénieur du son ait été sensibilisé sur les risques liés au bruit (Formation à la prévention des risques auditifs) ainsi que sur la législation du spectacle et les contraintes de sécurité d’un lieu accueillant du public.

Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences

Il faut répondre aux pré-requis suivants :
  • Avoir de l’intérêt pour la musique en général
  • Avoir des connaissances de base sur l’utilisation d’un ordinateur
  • Avoir quelques notions de M.A.O. (Musique Assistée par Ordinateur)
  • Avoir des capacités scientifiques (niveau 3 minimum)
  • Avoir des capacités artistiques
  • Avoir des capacité de travail en équipe
Un entretien oral est effectué entre le stagiaire et le responsable de formation afin de s’assurer de la concordance du profil à la formation souhaitée. Cet entretien est ensuite suivi d’un premier test de positionnement avant de valider l’entrée en formation. Ce test, également appelé “évaluation initiale”, se compose de 8 questions, réalisé en ligne, avant d’être étudié par le responsable de formation. Il peut être complété par un test spécifique à chaque bloc de compétence, dans le cas d’une validation partielle.

Composition du jury lors de l’évaluation finale

Le jury est constitué de 4 personnes, dont 3 sont extérieures à l’autorité délivrant la certification.
  • le responsable pédagogique de la société Devenir Ingeson (ingénieur du son avec plus de 20 ans d’expérience)
  • 1 ingénieur du son avec plus de 20 ans d’expérience
  • 1 chargé de production (industrie discographique)
  • 1 musicien professionnel

Téléchargez le programme de la formation :

Ingénieur du son professionnel

Remplissez le formulaire d’inscription :

INSCRIPTION

Formation professionnelle Ingénieur du son professionnel
Infos sur la formation
  • Bloc de compétence : Formation professionnelle
  • Taux de réussite : Promotion 2021 : 100 %
  • Tarif : 4900 € (Hors frais de dossier éventuels)
  • Durée : 20 jours
  • Horaires : 09h - 18h

Formations complémentaires